vin et santé

Vin et santé font-ils bon ménage ?

L’œnologie fait partie du patrimoine culturel français. Dans une bonne partie du monde, le vin est érigé au rang de boisson de riche, il est servi pour accompagner les repas de fête et bu pour marquer une célébration. Cependant, dans un esprit qui n’est point influencé par le noble breuvage, donnons une réponse à cette question: le vin est-il bon pour la santé ?

Le vin rouge et le cœur,  plus d’affinité que la couleur ?

 

Dire que le vin est bon pour la santé n’est pas une excuse pour boire. L’Institut de Recherche Scripps est connu comme étant un prestigieux centre de recherche biomédicale californien à but non lucratif. L’un de ses centres, l’Institut Skaggs pour la Biologie Chimique publiait le résultat d’une recherche concernant le resvératrol, un polyphénol (molécule végétale bénéfique pour la santé) contenu dans le vin.

Il s’avère, selon cette étude scientifique, que le resvératrol répare l’oxydation cellulaire responsable de la dégénération des cellules. De ce fait, boire un verre de vin par jour est bon dans trois domaines : prévenir la mortalité due à une maladie cardiovasculaire y compris l’infarctus, réduit considérablement le risque de cancer et renforce le système immunitaire surtout contre les maladies inflammatoires.

Comme disait Jean de La Bruyère : « les excès tuent plus sûrement que les épées », le  mieux c’est de boire avec modération car l’ivresse est synonyme de perte de contrôle.

Vin et santé, quelle autre vertu accordée à un cru ?

 

Dire que le vin est bon pour la santé ne se limite pas au domaine de prévention de la maladie. Les bienfaits du vin blanc, rose ou rouge et de l’alcool en général s’étendent également sur la santé mentale. La revue qui traite la neuroscience et la biologie comportementale, la Biobehaviorial and Neuroscience Reviews, publiait une étude de l’Université de Birmingham qui démontre une similitude entre l’effet de l’alcool et l’ocytocine.

L’alcool produit la même sensation de bien-être comme celle pourvue par cette hormone produite par l’hypophyse. Un peu d’alcool diminue le stress et rend les individus plus empathiques, plus généreux et plus prompts à nouer une relation sociale.

Comme un verre de vin est souvent bu dans un cadre convivial et dans une ambiance plus décontractée, il évite de se basculer vers les effets désagréables à savoir, l’agressivité et la tendance à prendre une décision irraisonnée. À l’illustre biologiste qui a sauvé des millions de vie par sa découverte, Louis Pasteur, de conclure par sa citation : « le vin est le breuvage le plus sain et le plus hygiénique qui soit ».

Santé et vin, comment s’y prendre ?

 

Donner une réplique à cette question équivaut à répondre à ces deux questions : combien de verre de vin par jour ? Et quel vin choisir ?

Le doux nectar est avant tout une boisson prise dans le but de sublimer un repas et d’égayer une conversation. Le vin est aussi un bon digestif, il aide à améliorer la flore intestinale. Dans ces deux cas, vin rouge, vin rosé et vin blanc  sont tous aussi bon, et la seule limite est la capacité de soi à tenir l’alcool. Quant à leur vertu thérapeutique, c’est un bon vin rouge qui contient le plus de resvératrol, 1 verre de vin rouge par jour (pas plus) suffirait pour bénéficier de son effet bénéfique.

Le vin est reconnu également pour sa capacité à limiter les dommages causés par le tabac sur les vaisseaux sanguins. Ceci N’EST ABSOLUMENT PAS une incitation à boire et à fumer. Au contraire, il faut à tout prix éviter les substances toxiques contenues dans le tabac dont le goudron, le CO2 et la nicotine. Il faut également boire avec raison et pas pour s’enivrer, juste pour se tenir en forme.

Pour illustrer la reconnaissance de l’impact du vin sur la santé, voici un dicton qui n’est pas français, il est italien : « l’eau pour la peau, le vin pour la vitalité ».

Laisser un commentaire

Partager