vins bio

Vin bio : faut-il l’adopter à tout prix ?

La vigne est une plante qui en plus d’être fragile, dénombre beaucoup d’ennemis. De son côté, la qualité d’un vin dépend d’un long processus allant de la viticulture à la vinification en prenant en compte les détails tels que la qualité du sol et le temps de macération. Depuis quelques années, le label vin bio arrive sur le marché. Un label qui exige le respect d’un cahier de charge spécial et qui en même temps ne doit pas dénaturer l’essence même du vin.

L’agriculture biologique, méthode révolutionnaire pour la viticulture ?

 

Le vin biologique est obtenu sans l’utilisation d’engrais chimique et de pesticide. La réglementation européenne n°203/2012 portant réglementation de certification de vin bio élargit la restriction de produit chimique de synthèse jusque dans le processus de vinification notamment en recommandant la réduction de dosage de sulfite. En France c’est Institut National des Appellations d’Origine (INAO) qui contrôle la certification AB.

  • Bouteille vin Bordeaux rouge bio 2012 Château Rioublanc

  • Vin rouge bio – Appellation Bordeaux Contrôlée – Bouteille 75cl
  • Dégustation : Nez intense de fruits rouges (cassis, mûre), d’épices (poivre, vanille, réglisse)…

<< En savoir plus >>

 

En 2014, 8% du terroir viticole français se basculait vers l’agriculture biologique pour une surface totale de 60 000 hectares contre les 700 000 hectares de terrains consacrés à la plantation de vignes. Ces vignobles n’utilisent donc que les engrais et les produits de traitement obtenus à partir d’un processus complètement biologique. De son côté, le vin biodynamique se présente comme étant un vin issu d’une agriculture bio mais qui prend en compte les cycles naturels (mouvement de la lune et de plantes) et la non-mécanisation de l’agriculture pour arriver à une optimisation d’un rendement 100% naturel. Les vins issus de la biodynamie portent soit le label Biodyvin soit le label Demeter.

Vin bio, quel avantage pour les consommateurs ?

 

En règle générale, trois types de produits sont bannis dans ce qu’on appelle agriculture biologique : l’engrais chimique, l’Organisme Génétiquement Modifié (OGM) et les pesticides.  De son côté le vin rouge est prouvé scientifiquement comme étant bon pour la santé : réduction de la maladie cardiovasculaire, renforcement de système de défense de l’organisme et lutte pour la dégénérescence des cellules. Or les trois produits suscités sont connus pour être cancérigènes au-delà d’une certaine dose.

Vu ce cercle vicieux, la viticulture biologique serait donc est moyen d’obtenir un vin rouge bio de qualité qui ne comporte pas de risque pour la santé. En plus, les collectifs des producteurs de vin bio par le biais de la Fédération nationale interprofessionnelle des vins de l’agriculture de  biologique imposent une limitation de la présence de sulfite dans le vin. On connaît le sulfite comme étant le conservateur des boissons alcoolisées qui empêchent leur oxydation mais qui a la fâcheuse tendance à provoquer un mal de crâne durable et douloureux.

Comment se procurer de vins bios ?

 

Consulter les boutiques en ligne est actuellement le meilleur moyen pour avoir plus d’information sur un produit avant de procéder à un achat vin bio. Prix, qualité, provenance sont autant de détail accessible facilement sur internet afin d’aider le consommateur. En ce qui concerne le vin bio, quelques conseils s’avèrent être utile pour ceux qui sont à la recherche de meilleur vin bio :

  • Concernant le site de vente : savoir distinguer le bon grain de l’ivraie. Le mieux c’est de choisir un site qui existe depuis plusieurs années car rien ne vaut l’expérience. En plus, si le site a su résister au temps, c’est que la vente marche très bien. Il faut aussi prendre en compte certain détail comme la capacité des conseiller clientèle à répondre à la foire aux questions, la notation du site venant des internautes,…
  • Concernant le vin : la mention Ecocert, AB, Demeter ou Biodyvin certifie la qualité biologique du vin. Après, les critères qui s’appliquent pour la sélection des meilleurs vins en général sont de mises : âge, appellation, cépage, degré…

La vigne, une plante constamment menacé

 

L’entretien d’un vignoble est une tâche de longue haleine. En plus des dommages causés par les phénomènes naturels tels que le climat ou la nature du sol, la vigne n’est pas à l’abri de nombreuses menaces biologiques. Il y a entre autres :

 

  • les maladies virales telles que la dégénérescence infectieuse, le court-noué et la mosaïque ;
  • la maladie bactérienne : maladie de Pierce
  • les maladies cryptogamiques (maladie d’une plante causée par les champignons) comme l’anthracnose, le black-rot et le mildiou, l’oïdium
  • la contamination sur bois tel que BDA black dead arm
  • les parasites animaux tels que les araignées jaunes et les araignées rouges
  • les insectes : cochenilles, cochylis tordeuse de grappe
  • la carence en oligoéléments (azote, potassium, zinc, fer, )

 

Face à ces menaces, les viticulteurs ont recours à des Produits Chimiques de Synthèses : les pesticides et les désherbants pour lutter contre les ennemis biologiques, et les engrais tels que le pentoxyde de phosphore (P205) et Oxyde de potassium (K2O) et le chlorure sulfate nitrate pour améliorer la qualité du sol. Jusque-là, les œnophiles ont pu bénéficier de meilleur vin bio.

Ceci étant, le seul inconvénient pour le vin bio est son prix un peu plus élevé dû au coût de production !

Partager