oenotourisme

L’oenotourisme en France : l’eldorado du vin !

La France est par définition une destination favorable à l’oenotourisme. Les touristes y viennent pour sa gastronomie et son vin. Jusque-ici, les propriétaires des vignobles et les offices de tourisme n’ont pas exploité ce secteur qui s’avère prometteur. Les clients qui achètent le vin se contentent de visiter les caves. A l’instar de l’Alsace connue comme le précurseur de cette activité, la région bordelaise connait une forte croissance en termes de tourisme viticole. Pour les autres propriétaires, il est surtout question de sécurisation et de diversification d’activités pour faire face à la crise mondiale, aux changements climatiques et aux rivalités des cépages étrangers. La structuration des offre et la démarche de valorisation de l’oenotourisme en France aboutit aujourd’hui à des résultats probants. Le point sur ce secteur en plein essor.

Un nouvel élan pour le tourisme français

 

Les régions viticoles de France constituent des destinations touristiques qui fournissent une multitude de produits associés à la vigne et au vin. Pour un tiers des touristes qui représente une clientèle étrangère, le choix du séjour a pour finalité la dégustation de la gastronomie et du vin. Au-delà de dégustation, les visiteurs désirent faire la découverte de toutes les facettes de l’univers du vin, à travers des hébergements thématiques dans les terroirs et les vignobles, des événements culturels et ces festivals, et même la vinothérapie. En d’autres termes, ils souhaitent vivre l’oenotourisme en rencontrant les différents acteurs du vin, dont les vignerons, les maîtres de chais, les sommeliers, les négociants, les propriétaires des châteaux et des caves.

L’oenotourisme en France, c’est aussi la rencontre des acteurs du vin et du tourisme (prestataires de loisirs, hébergeurs,restaurateurs…).Se rendant compte des enjeux relatifs à ce type de tourisme au niveau de la hausse de fréquentation des régions viticoles et de l’incitation à la vente des vins, les professionnels du secteur se sont engagés à définir et à valoriser le tourisme vinicole comme un produit touristique.Les pouvoirs publics ont créé des labels tels que Vignobles & Découvertes et Terra Vitis pour apporter une meilleure visibilité au secteur et donner une seconde jeunesse aux vignobles.

En plus de faire connaître les vins, l’activité génère des revenus supplémentaires au travers des visites, des dégustations et des achats dans les propriétés. Pour les vignerons, combiner leur activité principale aux offres de tables et chambres d’hôtes est aussi une manière de diversifier les revenus. Séjour vin et gastronomie, vin et sport, vin et bien-être, vin et histoire… En multipliant les portes d’entrée et les connexions entre le vin et les éléments qui le complètent, le secteur s’épanouit et se développe davantage. A terme, une nouvelle clientèle sera attirée vers les régions viticoles.

Des formations diplômantes pour intégrer le secteur de l’oenotourisme

 

De nombreux professionnels de la filière vin l’ont compris : l’oenotourisme est l’avenir des petits domaines. Il contribue au développement de la vente directe. Cette nouvelle forme de tourisme orientée vers l’univers du vin concerne plus de 3000 domaines. Comme elle intéresse de plus en plus de monde, la demande s’accroît chaque jour davantage. Pour répondre aux différents besoins du secteur, les viticulteurs soucieux du travail de la vigne et de l’élaboration du vin se sentent obligés de mandater une personne plus qualifiée pour la tâche. Le professionnel du secteur doit se doter de compétences en accueil et en langues puisqu’il sera amené à organiser et à commenter les visites dans plusieurs langues. Ses compétences en œnologie seront utiles lorsqu’il mènera des séances de dégustations.

Pour devenir un professionnel dans le domaine du tourisme vinicole, suivre une formation s’impose. Qu’il s’agisse de formation universitaire diplômante ou de formation professionnelle, l’objectif est d’intégrer le secteur à l’issue du cursus. Les universités de Nîmes, Dijon, Angers et Bordeaux intègrent dans leur cursus spécialité tourisme, œnologie, hôtellerie et restauration des formations permettant d’obtenir une licence professionnelle Oenotourisme.

L’Ecole du Vin de Bordeaux est un acteur indispensable en matière de formation oenotourisme. Elle propose des formations à destination des guides des Offices de Tourisme.Elle organise également des ateliers d’été et des journées portes ouvertes pour les amateurs, les professionnels et les journalistes de l’Hexagone et à l’international. Des écoles privées, comme le MFR de Vayres ou le Lycée Privé Les Arcades de Dijon proposent également des formations spécialisées, respectivement de Chargé de développement en oenotourisme et de Commercialisation internationale des vins de Bourgogne et oenotourisme. Dans le cadre de la formation professionnelle, l’INFA de Narbonne propose une formation pour l’obtention d’un Certificat de compétences professionnelles en Oenotourisme – Conception et Promotion en Région.

Bordeaux et le tourisme vinicole

 

L’oenotourisme connait un véritable succès en Aquitaine. Avec ses 140 000 hectares de vignes et ses 61 appellations d’origine contrôlée,le département est considéré comme le plus grand vignoble du monde. Les touristes sont invités à visiter les châteaux et les caves coopératives, à se promener dans les vignes, déguster des crus dans les bars à vins et les domaines viticoles, sillonner les routes du vin. Selon les périodes, ils peuvent également créer leur vin et participer aux fêtes des appellations ou aux vendanges, tout en séjournant dans des hébergements de charme.

L’oenotourisme bordeaux en particulier est favorisé grâce aux vignobles de renom situés autour de la ville tels que Graves et Sauternes, le Médoc, Saint-Emilion, Entre-deux-Mers, Blay et Bourg. L’essor du secteur est lié à l’évolution de la ville et à la demande pressante des touristes.Sur les six Routes du vin de Bordeaux, les infrastructures d’hébergement se sont adaptées pour accueillir les visiteurs. Des partenariats avec l’office de tourisme et les maisons du vin ont permis aux propriétaires des vignobles de proposer différentes activités, allant de la visite de château à l’initiation à la dégustation, en passant par des soirées vigneronnes, des croisières œnologiques, des journées de découverte du patrimoine culinaire à vélo. Le type de séjour s’accorde aux budgets et aux goûts des visiteurs.

Toujours dans le cadre de la promotion du tourisme vinicole, la ville organise tous les deux ans l’événement « Bordeaux fête le vin » pour séduire encore plus de visiteurs locaux comme étrangers. Cette forme de tourisme axé sur le vin attire principalement des Britanniques, des Allemands, des Belge, des Canadiens, des Australiens et des Américains. Pour aider les oenotouristes à trouver les prestataires et les activités qui correspondent à leur destination et à leurs envies, l’application mobile et pour appareil de bureau Bordeaux Wine Trip a été développée. Elle permet de découvrir de manière personnalisée les itinéraires et les circuits tels que les châteaux, restaurants & bars à vin, les musées, les écoles du vin ou encore les maisons de négoce & caves…

Partager